Les idées reçues sur le Yoga

Les idées reçues sur le yoga ne manquent pas !

 

 

► Idée reçue N°1 :

 

Le yoga ce n’est pas pour moi, je suis trop raide.

 

Le yoga ce n’est pas pour moi, je suis trop raide. Le yoga n’est pas du tout l’apanage des personnes souples.

 

Au contraire!

 

Il est justement un outil qui permet de diminuer la raideur et d’améliorer la souplesse du corps, même si ce n’est pas son objectif premier.

 

Quel que soit l’âge, quelles que soient la flexibilité ou l’absence de flexibilité initiale. Il est un outil qui permet, en respectant le corps et le rythme de chacun, d’étirer, de délier, d’augmenter l’amplitude de mouvement, à tout âge et pour chacun.

 

Il est justement recommandé et recommandable à tous ceux qui sentent de plus en plus les limites de leur corps physique. Bien guidé, chacun pourra au fil des séances, sentir les étirements, assou-plir petit à petit les tensions et les rai-deurs.

 

Les aides de la respiration et de la relaxation permettront aussi, toujours dans un grand respect du corps, de plier davantage, d’allonger et d’augmen-ter l’amplitude de mouvement en flexion ou en extension. Cela permet aussi de mieux se positionner, de mieux s’étirer, en respectant totale-ment les possibilités du moment.

 

En yoga pas de compétition avec les autres ni avec soi-même. Il ne s’agit pas de faire des postures parfaites, plus réussies que celles du voisin, ou que celles de la semaine dernière. Il s’agit, au contraire, d’utiliser l’attention et la respiration, de prendre conscience de son corps, ici et maintenant, tel qu’il est, et de sentir son corps plus habité, plus vivant, plus souple, et toujours joyeux.

 

 

► Idée reçue N°2 : 

 

Le yoga c’est pas pour moi, je suis trop vieux, trop vieille, il aurait fallu commencer avant.

 

Le yoga n’est pas réservé aux enfants ou aux jeunes.

 

Quel que soit l’âge de la vie, il permet de se sentir de plus en plus vivant, de plus en plus joyeux ; A 7 ou 77 ans, les capacités du corps sont différentes, aussi chaque pratique de yoga sera adaptée. Des postures con-duites en douceur et apprivoisées, des positions compensées et ajustées aux possibilités de chacun seront toujours proposées.

 

Aucun besoin de se mettre sur la tête ou dans des postures saugrenues pour pratiquer le yoga. Assis sur une chaise, attentif à sa respiration, un pratiquant peut déjà tirer de grands bénéfices de postures très basiques.

 

De simples mouvements de bras, coordonnés à la respiration et voila que le mental se calme et que la respiration se ralentit.  Il est possible de commencer à tout âge. En témoignent les nombreux cours de yoga dans les maisons de retraites et clubs de troisième âge.

 

Le yoga c’est aussi, au-delà des postu-res physiques, une attention à la respiration et au corps qui ne demandent aucune forme ou technique particulières. De nombreuses pratiques de yoga sont ainsi accessibles à tous. Le yoga peut convenir par exemple à des   personnes paralysées, en fauteuil roulant ou encore grabataires; dimi-nuées quant à leurs gestuelles et leurs capacités physiques.

 

 

► Idée reçue N°3

 

Le yoga c’est pas pour moi, la méditation, tous ces trucs là, j’aime pas trop.

 

Si la méditation peut être un des as-pects du yoga, elle revêt des formes très diverses.

 

Il ne s’agit pas toujours de rester immobile sur un coussin, les petits doigts en l’air et les pouces et index reliés. Ressentir son corps, son souffle, observer son mental dans une posture est une forme de méditation.

 

 

► Idée reçue N°4 :

 

Le yoga c’est pas pour moi, déjà que j’ai mal au dos.

 

Le yoga est un des moyens aujourd’hui reconnus pour lutter contre le mal de dos, mal du siècle dit-on. Bien ajustée et ciblée sur les tensions dorsales, lombaires ou cervicales, la pratique du yoga – conduite par un enseignant professionnel  formé et expérimenté – permet de soulager souvent et de pré-venir les maux de dos.

 

Une pratique très douce et ajustée peut être indi-quée en temps de crise ; mais surtout en prévention, le yoga se révèle souverain : une pratique régulière conduit bien souvent à un espacement des at-taques et une réduction des symptô-mes et douleurs.

 

Une meilleure con-science du corps et des placements permet d’éviter les faux mouvements et mauvais gestes à l’origine de nombre de lumbagos et autres maux de dos. Une pratique régulière du yoga et de la relaxation diminue de manière significa-tive les tensions et blocages souvent à l’origine des crises. La pratique du yoga est de fait un bon plan pour retrouver un dos souple et solide.

 

 

► Idée reçue N°5 :

 

Le yoga, c’est bien,  mais mon emploi du temps ne me permet pas une activité régulière.

 

Les cours de groupes se pratiquent de manière régulière, mais il y a l’ensei-gnement en cours individuels qui per-met de s’ajuster aux emplois du temps les plus denses. Sur rendez vous, il est alors possible d’entreprendre une pra-tique individualisée et ajustée. Et on peut même trouver des enseignants qui viennent donner un cours à domicile.

 

 

► Idée reçue N° 6

 

Le Yoga n’est pas ada pté à des sportifs aguerris. Il est trop « doux » trop relaxant

 

Le yoga est parfaitement adapté à la préparation du sport de compétition comme en témoigne le travail fait à ce niveau par Noah lors de la préparation de l’équipe de tennis. II permet la dimi-nution du tract, la coordination en psy-cho motricité, la présence à soi-même, ce qui est l’essentiel du mental du compétiteur et la mise en place de toute l’énergie disponible.

 

Il amène également un plus dans les étirements qui suivent l'entraînement.